Remettre à flot

Un deux-pièces fatigué à Toulouse (31)

Dans cet appartement très endommagé, notre intervention
a permis de créer un appartement séduisant  à moindre coût,
qui compense l’aspect peu engageant de l’immeuble.
Résultat : l’appartement s’est loué dès la première visite,
et le prix du loyer a été augmenté, dans le cadre de la réglementation.

Découvrez l’essentiel du projet en faisant défiler les images.

La pièce à vivre

Avant : Des huisseries marrons vieillottes très présentes. Un sol très abîmé.

La pièce à vivre

Après : nous valorisons les huisseries en déclinant des couleurs de la même tonalité dans la pièce : peinture « taupe » pour le mur du fond.
Le sol très abîmé est remplacé par un vinyle imitation parquet blanchi.

La pièce à vivre

Après : le renfoncement, à gauche du pilier, est utilisé pour créer un espace Bureau. Celui-ci est délimité visuellement par une autre tonalité de marron, plus claire appliquée jusqu’à mi-hauteur des murs.

La pièce à vivre

Après : l’appartement pourra aussi faire l’objet de location saisonnière :
il doit proposer un espace repas.

La pièce à vivre

Avec cet agencement, la pièce principale de l’appartement (14m²) propose 3 espaces distincts : salon / bureau / repas, sans gêner la circulation vers la porte de la chambre.

La Chambre

Avant : la petite chambre (8m2) ne permet pas d’accueillir aisément une penderie ou une commode. On exploite le renfoncement de gauche pour créer un dressing  masqué par un rideau.

La Chambre

Après : pour se loger exactement dans l’angle, un lit de 130 cm de large est installé.
On renforce l’aspect cocon de cet espace en appliquant une peinture gris-bleue jusqu’à mi-hauteur du mur.

La Cuisine

Avant : des placards usés, gras, salis et un carrelage démodé.

La Cuisine

Après : les meubles hauts sont rénovés, les meubles bas sont remplacés.
Le plan est revu : l’évier est déplacé vers la fenêtre pour une utilisation plus agréable.
Pour faire « monter en gamme » cet espace, on investit dans un carrelage contemporain : un coût raisonnable puisque la surface à carreler est réduite.

Remettre à flot • Un deux-pièces fatigué

2 objectifs :
Refaire intégralement cet appartement délabré.
• Compenser, par un aménagement séduisant, l’aspect peu engageant de l’immeuble.

L’appartement

Occupé depuis 15 ans par un locataire peu scrupuleux, l’appartement est sale et très abîmé.
Il est situé dans une grande co-propriété à l’entrée peu engageante dans une rue sombre couverte : il faut le rendre d’autant plus attrayant.

La pièce à vivre

AMÉNAGEMENT : nous choisissons de valoriser les huisseries marron  en déclinant des couleurs de la même tonalité dans la pièce : une peinture « taupe » sur le mur du fond.
Le sol très abîmé est remplacé par un vinyle imitation parquet blanchi.

 INVESTISSEMENTS DÉCO :
Porte coulissante Castorama (46 €), banquette convertible grise type « scandinave »  3 places Conforama (220 €), lampadaire et miroir cactus dorés à petits prix chez Centrakor.

Côté Bureau…

  • A gauche du pilier, est utilisé pour créer un espace Bureau délimité visuellement par une autre tonalité de brun, plus claire appliquée jusqu’à mi-hauteur des murs.

Côté Repas…

L’appartement pourra aussi faire l’objet de location saisonnière : il doit proposer un espace repas.

EN RÉSUMÉ POUR LA PIÈCE À VIVRE

Avec cet agencement, la pièce principale de l’appartement (14m²) propose 3 espaces distincts : salon / bureau / repas, sans gêner la circulation vers la porte de la chambre.

La Chambre

Avant : la petite chambre (8m2) ne permet pas d’accueillir aisément une penderie ou une commode. On exploite le renfoncement de gauche pour créer un dressing  masqué par un rideau.

Après : on renforce l’aspect cocon de cet espace en appliquant une peinture gris-bleue jusqu’à mi-hauteur du mur.

Dressing ouvert

Dressing fermé

La Cuisine

Avant : les meubles de cuisine sont usés, gras et salis. Le carrelage est démodé.

Après :  les meubles hauts sont rénovés, les meubles bas sont remplacés.
Pour faire « monter en gamme » cet espace, on investit dans un carrelage contemporain : un coût raisonnable puisque la surface à carreler est réduite.